Verrues génitales

Les verrues génitales, aussi connues sous le nom de condylomes, sont des IST généralement transmises par le papillomavirus. Touchant les hommes et les femmes, elles sont le plus souvent bénignes mais peuvent s’avérer gênantes sur le long terme, d’où la nécessité de les traiter rapidement.

Qu’est-ce-qu’une verrue génitale ?

Les verrues génitales ou crêtes de coq sont des lésions de la muqueuse au niveau anal ou vulvo-vaginal. Définies comme une IST, elles sont transmises par le virus papillomavirus humain lors des rapports intimes avec une personne contaminée.

Affectant les hommes et les femmes, elles surviennent 2 à 3 mois après le rapport contaminant sous forme d’excroissances de tissus, perceptibles à l’œil nu et de taille variable.

une femme victime de verrues génitales

De nature très contagieuse, les verrues génitales peuvent être contractées à partir des premiers attouchements sexuels et le plus souvent, elles sont asymptomatiques, ce qui signifie qu’aucun signe apparent ne se manifeste pendant une certaine période.

Causes et symptômes

Causes

Les verrues génitales sont provoquées par un virus HPV, le papillomavirus humain. Ce dernier se transmet par relation sexuelle entre deux personnes.

D’autres facteurs comme le tabagisme, l’usage excessif de drogues telles que la cocaïne et le cannabis et la prise de médicaments immunosuppresseurs peuvent aussi favoriser la survenance des verrues génitales.

Les femmes qui ont l’habitude de changer de partenaire sexuel ou qui n’utilisent pas une protection au cours de leurs relations intimes, les personnes souffrant déjà d’une autre IST et les individus dont le système immunitaire est affaibli à cause d’une radiothérapie ou d’une chimiothérapie ont plus de chances de voir apparaître des verrues sur leurs parties génitales.

Verrues IST

Une mère infectée peut également transmettre le virus à son enfant avant la naissance lors du passage du fœtus dans le vagin.

Symptômes

Les symptômes des condylomes génitaux n’adviennent que plusieurs semaines après la première contamination.

Il s’agit de verrues isolées ou groupées visibles sur les parties génitales, notamment le col de l’utérus et les lèvres de la vulve chez la femme ; la verge, le gland ou le prépuce chez l’homme.

Prenant l’aspect d’un chou-fleur, ces verrues peuvent parfois se manifester au niveau du rectum ou sur la muqueuse buccale si la contamination s’est effectuée par rapport sexuel oral.

verrues buccales
Dans de rares cas, ces lésions sont suivies de démangeaisons et de sensations de brûlures.

Diagnostic et complications des verrues génitales

Pour diagnostiquer une infection à HPV comme les verrues génitales, le médecin procède à une analyse du col de l’utérus à l’aide d’un microscope spécial, puis réalise un frottis et un prélèvement des tissus.

Les prélèvements faits par frottis ou par biopsie sont ensuite, examinés pour détecter un virus papillomavirus. En plus de ses examens, le médecin peut également pratiquer une rectoscopie, une étude visuelle des parois intérieures du rectum et un examen par biologie moléculaire afin d’identifier le patrimoine génétique du virus.

Diagnostiquer les verrues

Si les verrues ne se distinguent pas à l’œil nu, le médecin peut les rendre visible en appliquant de l’acide acétique sur les endroits concernés, elles apparaîtront sous forme de points blancs.

En cas de traitement inapproprié, les verrues génitales peuvent donner naissance à des lésions précancéreuses, qui deviendront par la suite des cancers (cancer du col de l’utérus, cancer de la vulve, cancer de l’anus, etc.).

cancer du col de l'utérus

Prévention des condylomes génitaux

A l’image des autres IST (gonorrhée, syphilis, chlamydia, etc.), les verrues génitales peuvent être évitées par l’utilisation de condoms durant les rapports sexuels.

S’éloigner des facteurs à risque en arrêtant par exemple de fumer et avoir un seul partenaire sexuel sont aussi des solutions qui aident à limiter le risque de contagion.

s'éloigner des facteurs à risque

Le vaccin destiné à la prévention du cancer du col de l’utérus participe également à la prévention des verrues génitales. Il lutte contre les papillomavirus humains de type 6 et 11, responsables d’environ 90% des cas de condylomes.

Cependant, ce vaccin ne fait aucun effet si la personne est déjà contaminée, la vaccination doit être faite avant de démarrer la vie sexuelle.

Prévention des verrues

Une fois que les verrues deviennent visibles, il faut rapidement les traiter avant qu’elles ne se multiplient et surveiller régulièrement la région génitale pour prévenir toute récidive.

Comment traiter les verrues génitales ?

Plusieurs moyens existent pour contrer les condylomes génitaux et parmi eux, figurent les médicaments tels que la crème Aldara, le Warticon et le Condyline.

Choisis en fonction de la forme des verrues, de leur localisation, du patient et de ses antécédents médicaux, ces traitements se sont révélés très efficaces et ont fourni d’excellents résultats chez les utilisateurs.

traiter efficacement les verrues génitales

Le Warticon, disponible sous forme de crème, s’applique deux fois par jour sur les condylomes et aide à s’en débarrasser efficacement même s’il s’agit de verrues, mesurant jusqu’à 4 cm. Apportant un rétablissement rapide, il constitue une parfaite alternative à la chirurgie.

Le Condyline, quant à lui, agit en bloquant la prolifération des virus papillomavirus dans l’organisme, ce qui permet de supprimer complètement les condylomes après 4 ou 6 semaines de traitement.

Connue pour son action rapide et son efficacité prouvée chez la plupart des patients, la crème Aldara est le médicament de choix, utilisé contre les verrues génitales. Simple d’usage, elle adoucit les symptômes des condylomes génitaux sur le long terme et aide à se protéger des récidives.

Remarque :
Le traitement doit être pris de concert par les deux partenaires sexuels pour abréger au maximum tout risque de réinfection.

Nos médicaments